Les électrolytes

À quoi ça sert?


Ahhh! Les zèle-lectrolytesquoi en penser? À bouère ou ne pas bouère? Si oui, pourquoi et quand?

Il y a plus ou moins trois ans, je me souviens davoir observer un jeune homme perfectionner son corps dAdonis durant ses séances dentrainement au gym. Je profitais des pauses recommandées dans mon circuits de muscu pour contempler cette beauté naturelle se rangeant plutôt à lenseigne du David de Michelange que des Schwarzenegger de ce monde.  Ceci pour dire quil ne travaillait pas en hypertrophie, ni en powerlifting, ne soulevait pas des charges impossibles, mais, frappait un mur.

Cest quoi frapper un mur? Cest darriver au point of failure, l’échec: y’à pu rien qui lève!  Ceci peut, dans certains cas, faire partie du but recherché. Pas dans le sien. L’étonnement se lisait sur son visage.

Il était mince, donc sans réserves de graisses pouvant lui fournir un grand apport énergétique et travaillait à un rythme plutôt rapide. Jai cherché du regard sa bouteille deau. Selon loccasion, soit je ne la voyais pas, soit elle n’était que eau. Aha!c’était sans doute là son talon dAchille.

Pour qué cé? Parce que la contraction musculaire nest pas un don de dieu, mais le résultat dune finesse biochimique du corps humain qui dépend, en grande partie des concentrations d’électrolytes disponibles dans le plasma sanguin.

On fait un effort soutenu, disons plus dune heure, intense soit parce quon va vite, soit parce que ça dure longtemps; deux concepts différents en physiologie sportive mais aux mêmes conséquences en matière d’électrolytes. Il se passe deux choses dans notre corps: on dépense de l’énergie (ATP) et notre corps devient plus acide en raison des déchets métaboliques qui en résultent (PH).  Un troisième phénomène sajoute si on a chaud: on transpire, on perd des électrolytes dont on a besoin ailleurs.

Les électrolytes interviennent dans tous ces champs dactivité complémentaires.

Sodium et potassium influencent la pression osmotique et par conséquence, la capacité du corps à échanger des molécules entre différents compartiments, et, plus encore, interviennent dans lactivité électrique des neurones et des cellules musculaires.

Le calcium assure la capacité réactive du neurone (excitation) et intervient directement dans la contraction musculaire.

Le magnésium est essentiel à la production datp elle-même (lunité énergétique du corps humain) et à lactivité tant neuronale, que musculaire.

Cest dire que les électrolytes ne sont pas seulement utiles, mais drôlement nécessaires.

Est-ce quon peut se faire une boisson maison? Oui, mais

La recette la plus courante ressemble à ceci: Eau + jus doranges + sel de mer = électrolytes. Cest vrai, elles y sont toutes. Le problème cest la proportion des unes par rapport aux autres et limpossibilité de contrôler ces concentrations soi-même.  Le corps à leffort travaille vite et bien en matière dadaptation. Les surplus sont évacués et les manques font ralentir la machine.

Le tableau ci-dessous indique les proportions exactes des électrolytes selon le liquide biologique (intra-cellulaire/tissulaire/plasma sanguin). Espérer reproduire un apport aussi spécifique dans sa cuisine, cest rêver dalchimie.

Tiré de: Essentials of anatomy and Physiology. Scanlon, Valérie; Sanders, Tina. Éditions Davis plus. 2011

La nutrition sportive à fait de grands bons en matière de connaissances de pointe, un peu en aval des gros sous qui sous-tendent les hypers performances. Ya certes du marketing, mais non pas sans fondement.

Les électrolytes équilibrés, cest la base de la contraction musculaire. Et un corps moins stressé par leffort sollicité, cest le premier pas vers une une meilleure performance et une récupération tellement plus aisée.

 Cest pourquoi, selon le type deffort soutenu, cest souvent le premier outil de soutien que je recommande.   Une demie dose une demie-heure avant leffort et une dose dans sa bouteille deau qui accompagne lactivité.  Le dosage recommandé (sur l’étiquette) peut être modulée en fonction de lintensité de lactivité, la chaleur, le taux de transpiration de chacun.  On a que très rarement besoin de plus, souvent la moitié suffit; cela dépend si lon fait du spinning ou si lon court un marathon.

Bon succès!

Alexandrea Kelly
Entraineur, thérapeute Bowen